Coralie Degradot - Sophrologue

poids

  • Je pèse donc je suis

    Les chiffres sont magiques… ils expliquent, taillent, mesurent tout ce que nous connaissons.
    Ils sont un des référentiels tangibles du monde qui nous entoure.

    Nous grandissons avec beaucoup de chiffres : notre poids et taille de naissance, notre âge, notre numéro de téléphone (nos numéros parce qu’aujourd’hui on en a au moins deux !), nos numéros d’identification (sécurité sociale, banque, numéros clients etc…), notre adresse, notre taille de vêtement… Ils sont partout et souvent… on les mélange un peu lol

    Je t’avoue que pour ma part, j’en mélange pas mal. Si certains sont gravés dans ma mémoire à jamais (le numéro de téléphone que j’avais en Guyane, c’est inutile? Pas grave, le son est mélodieux, il est attaché à de merveilleux souvenirs donc il reste ;)), pour d’autres c’est plus compliqué et je suis souvent tentée de mettre les même partout pour limiter mon « mélangeage » de pinceaux (oui c’est un noélogisme, j’aime bien en dire et j’aime bien les écrire en plus >> rebelle !!!).

    Par contre… si les chiffres sont sympas dans certaines comptines qui nous rappellent qu’il y a des cerises dans les bois, ils sont souvent moins sympas quand il s’agit de notre alimentation et notre poids.

     

    Nous sommes nombreux à vouloir atteindre le « poids parfait », mais qu’est ce que ça veut dire en fait ?

     

    Peut-être que tu as déjà rencontré des professionnels qui t’ont recommandé de tout compter : X grammes de ceci, X grammes de cela… mais attentiiiiiiiion horreur et damnation si vous dépassez X quantités par jour/semaine ou autre.

    Peut-être que tu as (ou que tu le fais encore) limité tes prises alimentaires par repas ou journalières à un nombre de calories, parce que tout le monde sait qu’une femme ou un homme a besoin de X calories par jour.

    Peut-être que c’est par toi-même que tu t’es mis à compter, peser, évaluer, classer, lister tout ce que tu manges (et ce que tu ne peux plus manger aussi d’ailleurs) en tirant le tout vers le bas…. De plus en plus bas.

    Mais grande nouvelle : la nutrition est une discipline dans laquelle compter n’est pas le plus important.

     

    Sur différents points les chiffres sont un outil intéressant

     

    Ben oui, ça peut aider de te rappeler ton numéro de téléphone ou le numéro de ta maison, le code d’entrée de ton immeuble… la plaque d’immatriculation de ta voiture si tu te gares dans un parking immense et qu’elle est passe-partout (la mienne est citron vert, c’est spécial mais je la repère en un clin d’œil lol).

    Ces chiffres-là, nous sommes d’accord, ont un intêret non négligeable.

    Toutefois sur certains points les chiffres deviennent un carcan.

    On t’explique qu’il te faut avoir le bon niveau de cholestérol, le bon taux de sucre dans le sang…. Sauf que ce ne sont rien de plus que des normes basées sur des statistiques.

    Chaque être humain est différent et chaque corps fonctionne différemment. J’ai travaillé longtemps en endocrinologie et la seule séquelle que j’ai de mes années d’anorexie est une hypothyroïdie. Ca m'a appris à faire une nette différence entre "il faudrait" et le "je ressens dans mon corps".

    Et bien tu sais quoi? Même quand mon taux d’hormones thyroïdiennes est « dans les normes du labo » je peux me sentir en hypo, avec tous les symptômes que ça engage au quotidien.

    J’ai appris à connaître mon corps, à respecter ce qu’il me montre, ce qu’il m’exprime. Et je m’en fiche comme d’une guigne de la norme labo !

    Parce que les chiffres ne sont pas des référentiels universels quand il s'agir de notre fonctionnement. Nous avons en réalité chacun NOS chiffres, rien qu’à nous. Parce que notre corps unique a un fonctionnement unique.

    Bien souvent, nous confondons les chiffres qui nous entourent et notre valeur. J’ai connue la puissance de monter sur la balance et de voir que le chiffre affiché était plus bas que la veille. Je mesurais ma valeur sur ma balance. Quand mon poids avait baissé, c’était garantie : j’allais passer une excellente journée.

    Mais si le poids était supérieur à la veille… je m’auto-flagellais, me tenais des discours intérieurs humiliants. Je n’étais qu’une ratée, sans volonté, sans valeur… sans courage.  Et je méritais tous les feux de l’enfer.

    Tout ça je l’ai vécu. Et je le retrouve souvent chez les personnes que j’accompagne. Très franchement, je trouve ça triste de vivre en état d’esclavage… nous ne sommes pas des choses figées. Et ce que nous sommes ne peut se limiter à un put**n de chiffre, n’est-ce pas ? (oui un gros mot).

     

    En résumé, quand ça concerne la balance : si tu as le mauvais numéro, c’est que tu es toi-même mauvais.

     

    C’est que tu es mauvais(e), dysfonctionnel(le) et que tu vaux moins que le reste des gens sur cette terre…. Aïe, ça fait mal non ?

    En fait le chiffre à l’origine de toute cette souffrance quand on parle de nutrition et perte de poids, est le poids que nous voulons atteindre.

    De nombreuses personnes voulant perdre du poids ont un chiffre magique qu’ils veulent atteindre. C’est le chiffre le plus important pour eux. Ce chiffre, il semble même magique.

    Quand on l’a trouvé, on est prêt à faire n’importe quoi pour l’atteindre.
    Et parfois, on y arrive.

    Ce chiffre représente la liberté, la réalisation de soi, une porte ouverte vers le succès, le glamour et la vie que nous rêvons tant d’avoir. Tout le monde va nous remarquer et voudra être avec nous.

    Mais en vrai, que se passe-t-il ?

    En réalité, certains n’arrivent jamais à atteindre ce chiffre magique. Pour d’autres, il va être atteint mais pas longtemps. Pour d’autres enfin, il est atteint… mais rien ne change dans leur vie (donc c’est qu’il n’est pas assez bas. Et c’est reparti!)

     

    Et si tu changeais d’objectif ?

     

    Le truc c’est de se nourrir autrement : se Nourrir vraiment.

    Prends quelques instants pour observer ta relation aux chiffres vis à vis de ton corps et ta santé.

    Comptes-tu sur ces chiffres pour définir ta valeur? De quelle(s) façon(s) écorches-tu ton estime de toi si tu n’as pas atteint le chiffre que tu devrais peser (penses-tu)? Est-ce la balance qui dirige ta vie?

    Le fait est que bien souvent, quand nous lions le chiffre et la valeur, ça se retrouve dans plusieurs secteurs de notre vie.

    Utilises-tu la somme qu’il y a sur ton compte en banque pour évaluer ta valeur en tant qu’Etre humain? Est-ce que tu fais ça pour évaluer la valeur des autres?

    A mon avis, il est grand temps de remettre les chiffres à leur juste place.

    Bien entendu qu’ils nous sont utiles et pour de nombreuses choses comme nous l’avons vu plus haut.
    Mais pas dans la nutrition, pas dans le rapport au corps.

     

    Ils ne sont rien par rapport à la connaissance de Soi, l’intuition, l’écoute du corps, la confiance en la Vie.

    Ce sont ces points-là qui feront toute la différence dans ta relation à toi, ton corps et ton poids. 

×